Alors, la NMT, c’est quoi au juste?

La NMT (Neural Machine Translation), ou traduction automatisée neuronale, est la dernière tendance en matière de traduction automatisée, un domaine qui reste un créneau par rapport à son homologue humain, mais qui connaît une forte croissance partout dans le monde. La NMT utilise des réseaux de neurones pour traduire automatiquement des textes sources (par exemple en anglais) dans d’autres langues, sans intervention humaine. Le système peut ensuite être amélioré et ajusté pour obtenir des résultats encore meilleurs au fil du temps. Il surpasse les moteurs de TA précédents (à base de règles, traduction automatisée statistique) et son niveau de fluidité se rapproche de la traduction humaine dans certaines paires de langues.

Ainsi, les algorithmes neuronaux constituent le fondement de cette nouvelle technologie. Dans ce modèle, les phrases sont considérées comme une seule unité; cela diffère donc des autres modèles de TA dont l’unité est le mot. Résultat? Une amélioration significative de la grammaire, du style, de la fluidité et de la cohérence. Basé sur l’apprentissage machine, le moteur de traduction neuronale peut apprendre en continu et ainsi améliorer encore davantage la qualité des traductions produites.

 

La NMT : une solution polyvalente

Est-ce que la traduction neuronale peut s’intégrer dans votre solution existante de traduction existante? Absolument! En réalité, la NMT n’est qu’une partie d’une solution de traduction multilingue professionnelle au 21e siècle. Qu’il s’agisse d’outils de TAO, de mémoires de traduction, de bases de données terminologiques ou encore de normes de traduction spécifiques à votre entreprise, le moteur de TA neuronale s’harmonise aisément avec l’ensemble de l’écosystème de traduction existant et en augmente la productivité de manière significative. En effet, selon des chercheurs dans le domaine de la traduction neuronale, des gains importants en productivité existent par rapport aux anciens systèmes, allant jusqu’à 25 % de réduction de l’effort de postédition selon Läubli, CTO de TextShuffle.

 

 

shutterstock 542684467 - La traduction automatisée neuronale (NMT)

Et la qualité dans tout cela?

Depuis les premiers balbutiements de Google Translate en 2006, la traduction automatisée a plutôt mauvaise presse, et avec raison. Les anciens système basés sur des règles ou les modèles statistiques offraient des résultats décevants. Toutefois, avec l’accélération des progrès dans le domaine de l’apprentissage machine et de l’intelligence artificielle, la nouvelle place de la TA est celle d’un outil du traducteur, au même titre que le légendaire outil de TAO SDL Trados ou l’incontournable Antidote de la firme québécoise Druide informatique. Et de toute façon, et pour plusieurs années encore, le traducteur aura le dernier mot sur la traduction finale lors du processus de postédition. Les fonctions de contrôle de la qualité intégrées aux outils de TAO et l’utilisation de vérificateurs orthographiques et de grammaire de pair avec une révision minutieuse garantissent la qualité supérieure des traductions produits avec l’aide de la TA.

Pour en savoir plus, je vous invite à visionner ces deux enregistrements de la présentation sur la TA à l’occasion du premier Meetup du groupe Machine Translation Montreal, le 16 mai dernier. D’ailleurs, le prochain Meetup est le 11 juillet prochain, n’hésitez pas à y participer pour en apprendre plus ou pour discuter avec les membres du groupe.

laurent chevrette 2291 60x60 - La traduction automatisée neuronale (NMT)
Bachelier en sciences de l’Université de Montréal, Laurent Chevrette cumule plus de 10 ans d’expérience en traduction. Passionné par les progrès de l’intelligence artificielle, il est un expert dans le déploiement de solutions de traduction automatisée au sein des petites et grandes entreprises en Europe et en Amérique. Lorsqu’il n’est pas en train d’implémenter un système de traduction neuronale, on peut le trouver sur les pentes de ski ou en plongée..

Aussi disponible en: Français English